La grille des nouveaux tarifs de l’eau sera connue d’ici fin avril ou début mai. Celle-ci est en cours de finalisation au niveau de ministère des Utilités publiques et de la Central Water Authority, a indiqué Ivan Collendavelloo. A Xavier Duval qui insistait pour savoir quand les débats sur cette question auront lieu, le Premier ministre par intérim et ministre des Utilités publiques a maintenu : «D’ici deux semaines.» Après la publication de la nouvelle grille.

Une hausse des tarifs des eaux usées n’est pas à l’agenda à ce stade, a ajouté Collendavelloo.

Le gouvernement procède par étapes, insiste le Premier ministre par intérim. Les informations relatives à la demande de qualification seront soumises au Central Procurement Board le mois prochain. Le request for proposals devrait suivre en juillet et le partenaire stratégique devrait être désigné d’ici la fin de l’année, a précisé Ivan Collendavelloo.

Xavier Duval suggère, lui, de «prendre son temps» sur ce dossier. D’autant que la finalisation du projet d’affermage demandera entre «14 mois et deux ans», souligne le leader de l’opposition, qui s’appuie pour cela sur ses discussions avec des experts de la Banque mondiale et de l’International Finance Corporation. Ces deux organismes internationaux assistent le gouvernement sur ce dossier.

«Ce n’est pas quelque chose que nous devons faire à la hâte», note le leader du PMSD, encore moins «à la veille d’élections générales». Collendavelloo, lui, ne compte pas «arrêter le processus». Et de noter que les contrats d’affermage, contrairement à ce que veut faire accroire l’opposition, marchent très bien dans de nombreux pays comme en Algérie, au Sénégal ou en Côte d’ivoire.

Peu convaincu, Duval se demande pourquoi Collendavelloo s’est évertué, «de façon délibérée», à «peindre un tableau très sombre» des finances de la CWA qui était pourtant une «compagnie hautement profitable». Or, avance le leader de l’opposition, le dernier rapport annuel indique des revenus accumulés de Rs 2,7 milliards, des profits de Rs 150 millions à Rs 200 millions par an… Or, la CWA est aujourd’hui dans le rouge, affirme le leader de l’opposition, à cause de décisions gouvernementales. Dont celle de ne plus puiser du Consolidated Fund pour soutenir les tarifs sociaux décidés par le gouvernement. La CWA doit pouvoir se financer, insiste pour sa part Collendavelloo.

Les emplois et droits acquis sont garantis, a-t-il poursuivi. Qui n’a toutefois pas fourni plus de précisions. «Je préfère attendre» que cela soit finalisé et qu’il y ait, entre autres, des discussions avec les syndicats, a déclaré le ministre des Utilités publiques.