Non à l’aquaculture ! La Federation of Pleasure Crafts Operators (FOPCO) estime que le gouvernement devrait faire marche arrière quant aux projets d’aquaculture. Karl Lamarque, secrétaire de l’association, évoque les risques potentiels à la santé publique et à l’écosystème marin. Mais aussi les craintes, de plus en plus répandues, que les fermes aquacoles n’attirent les requins dans le lagon.

La FOPCO s’élève également contre la «privatisation» des plages à Trou-aux-Cerfs.

Dans une interview hier sur ION News, Anil Gayan assure que «le gouvernement ne prendra aucune décision concernant les activités aquacoles si elles mettent en péril le tourisme». Et que les fermes aquacoles seront hors lagon. Le ministre du Tourisme invite les contestataires à porter leurs objections au ministère du Tourisme dans le cadre du processus d’obtention du permis Environment Impact Assessment auxquels ses projets sont soumis.

Le collectif Non a elvaz poisson dan lamer, des plaisanciers, la Platform Moris Lanvironnman, des pêcheurs et d’autres s’opposent notamment aux projets de Growfish International Ltd. La compagnie sud-africaine souhaite installer des fermes au large de la côte ouest, à Bambous.

Au Parlement, le 11 juillet dernier, Prem Koonjoo a déclaré que le lien entre fermes aquacoles et attaques de requins n’est pas établi. Il n’y a d’ailleurs pas eu d’incident de ce type autour de la ferme piscicole à Mahébourg depuis sa mise en opération en 2002, a précisé le ministre de l’Economie océanique.