Ils sont très remontés contre ce projet de construction. Et c’est muni de pancartes que ces membres du Regroupement de Bassin ont manifesté devant les locaux du ministère du Logement et des Terres, à Ebène, ce jeudi 6 juillet.

«Nous ne sommes pas contre les logements sociaux», affirme Seewa Jankoo, porte-parole du Regroupement de Bassin. Mais le site choisi ne convient pas. Ce lieu, explique-t-il, avait été identifié par des habitants de la région pour accueillir un jardin d’enfants, un terrain de foot… Des infrastructures de loisirs qui font cruellement défaut, fait-il comprendre.

Or, dit-il, des travaux ont démarré le 13 avril dernier. En l’absence de panneau détaillant leur nature, des habitants se sont rendus à la municipalité de Quatre-Bornes. Où ils ont appris que la National Housing Development Co. Ltd (NHDC) compte y ériger un projet de résidence d’une centaine de maisons.

Pourtant, dit Seewa Jankoo, il n’y a eu aucune consultation avec les quelque 35 000 résidents de Bassin. Que ce soit de la part de la NHDC ou du ministère du Logement.

Les travaux sont bien avancés, selon le Regroupement de Bassin : le terrain est déblayé et les murs des maisons en cours de pose.

Vivek Pursun, membre de l’exécutif du Regroupement de Bassin, suggère au ministre Soodhun d’identifier un autre lieu «dans sa circonscription». Il n’écarte pas la possibilité d’une grève de la faim pour se faire entendre.

Pour l’heure, le Regroupement de Bassin a servi une mise en demeure à la NHDC, au ministère et à la municipalité de Quatre-Bornes. Elle est restée sans réponse.

Les habitants ont, le 20 juin, logé une demande d’injonction en Cour suprême. L’affaire sera entendue le 11 juillet prochain.

Au ministère du Logement et des Terres, on explique que celui-ci de même que la NHDC présenteront leurs arguments en Cour.

Le service de presse du ministère souligne cependant que priorité sera donnée aux habitants de la région, soit de Quatre-Bornes, La Louise et Bassin, qui ont déjà fait une demande pour obtenir un logement social.

Notre interlocuteur rappelle également que les nouvelles résidences font provision, dans le cadre de projets intégrés, pour des aménités sociales et de loisirs, avec le concours du secteur privé, de la National Development Unit et des collectivités locales.

Pour ce qui est du site de construction, celui-ci est choisi en fonction de la disponibilité des terrains qui sont mis à la disposition de l’Etat en fonction de l’accord établi avec la Mauritius Sugar Producers Association.