«Une victoire importante.» Olivier Bancoult salue la solidarité affichée par les pays ayant soutenu Maurice en votant, ce 22 juin à l’Onu, pour sa résolution sur les Chagos.

Maurice peut maintenant saisir la Cour internationale de justice et lui demander son avis sur l’excision, par les Britanniques, de l’archipel en 1965.

De New York où il s’est rendu au sein de la délégation mauricienne menée par sir Anerood Jugnauth, Bancoult note la «grande honte» que représente cette «victoire» pour le Royaume-Uni et les Etats-Unis, qui gèrent la base militaire sur Diego Garcia.

«Notre dignité n’est pas à vendre», insiste le leader du Groupe Réfugiés Chagos. Le combat continue, rappelle-t-il.

Photo (archives) : Olivier Bancoult et une autre représentante (à g.) du Groupe Réfugiés Chagos au sortir d’une réunion avec le Premier ministre, en juillet 2016.