Oui, concède Raj Dayal, Rodrigues a échappé au pire par rapport au cyclone Bansi. Mais à quelque chose, malheur est bon, aurait presque pu déclarer le ministre de l’Environnement et du National Emergency Centre. Celui-ci s’est, en effet, réjoui du fait que Rodrigues a été bien arrosée – une « bénédiction ». Et félicité qu’à Maurice, les protocoles d’urgence ont bien fonctionné.

Pour gérer l’après-Bansi, a annoncé le ministre lors de son point de presse, une équipe d’experts, incluant des ingénieurs se rendra incessamment à Rodrigues. Leur mission : évaluer l’ampleur des dégâts causés par le cyclone, notamment suite à l’inondation des radiers. Un avion d’Air Mauritius a été affrété pour transporter le groupe au plus tôt.

Raj Dayal a également fait un appel à la presse de ne pas spéculer sur les conséquences possibles des cyclones. Il ne faudrait pas, insiste-t-il, que la population s’inquiète outre mesure.