Aucun plan d’ensemble. De l’« incompréhension » sur l’avenir de la Central Water Authority (CWA) suivant chaque déclaration publique du ministre de tutelle. Des irrégularités, notamment au niveau de certaines promotions, qui n’ont pas été rectifiées bien que signalées à Ivan Collendavelloo… La liste des griefs de la Union of Employees of the CWA (UECWA) est longue.

Le syndicat se dit déçu par l’inaction et l’attitude d’Ivan Collendavelloo depuis sa prise de fonction. Cela d’autant que le ministre des Utilités publiques a été, pendant une vingtaine d’années, leur conseiller légal, explique Iswarduth Guness. Ivan Collendavelloo est « une malédiction pour les employés de la CWA », estime le président de l’UECWA. Qui dit ne pas comprendre l’insistance du ministre à parler de partenariat stratégique ou de privatisation alors que sir Anerood Jugnauth, à la tête du gouvernement en 2000, avait « rompu un contrat » similaire.

Rashid Imrith a, pour sa part, souligné ce que le syndicat considère comme une anomalie : l’actuel directeur général a démarré avec un salaire mensuel de Rs 250 000 tandis que le rapport du Pay Research Bureau, sorti cette année, préconise Rs 110 000.

Le président de la Fédération des syndicats du secteur public (FSSP) lance un appel au gouvernement sur plusieurs points. Il souhaite ainsi que les procédures soient respectés dans les exercices de recrutement et que les recommandations du PRB soient appliquées. Mais aussi que le gouvernement intercède auprès du conseil d’administration afin qu’un dialogue soit amorcé avec les syndicats sur les projets d’avenir de la CWA.