Il n’a pu retenir ses larmes à l’annonce de l’accord trouvé avec le gouvernement. Et de la grève de la faim. Reeaz Chuttoo, au dixième jour de la grève de la faim entamée avec des femmes cleaners, estime que c’est une «victoire». Celle de «l’humilité sur l’arrogance», «du bien sur le mal». Car si le syndicaliste est soulagé de cette sortie de crise, il n’en oublie pas pour autant ceux «qui sont nés avec une cuiller en or dans la bouche» et qui traitent mal autrui.

La grève de la faim a, certes, pris fin ce 25 octobre. Mais il y a encore du chemin à faire, comme l’a fait comprendre Jack Bizlall, meneur du comité de soutien aux grévistes. La Roman Catholic Education Authority a déjà signifié son intention de recruter la cinquantaine de cleaners chargés du nettoyage de ses établissments. Mais il reste à résoudre la situation de 419 autres femmes.

Un comité technique de haut niveau devra, en effet, étudier les options possibles pour leur emploi à temps plein.

Outre les hauts fonctionnaires et le secrétaire financier Dev Manraj qui préside ce comité, des membres du comité de soutien y siégeront. Vasant Bunwaree, Steve Obeegadoo mais aussi Armoogum Parsuramen, tous anciens ministres de l’Education qui se sont affichés aux côtés des grévistes, pourront déposer devant cette instance, a indiqué Jack Bizlall à l’assistance présente au ruisseau du Pouce, à Port-Louis, cet après-midi.