Des policiers se seraient rendus au domicile d’une des grévistes de la faim pour se renseigner sur elle. C’est ce que raconte la principale intéressée, Dharmawtee Boodram, qui était rentrée pour chercher ses fiches de paie. Pour Reeaz Chuttoo, cela relève d’une tentative d’intimidation de la police pour qu’elle mette fin à sa grève de la faim.

L’inspecteur Shiva Coothen, responsable de communication et des relations presse de la police, indique ne pas être au courant de cet incident. Toutefois, tout cas de non-respect des droits peut être rapporté à la National Human Rights Commission,souligne-t-il.

Le syndicaliste, engagé depuis maintenant neuf jours auprès de ses femmes cleaners dans la même action, lance un nouvel appel au Premier ministre pour «mettre l’ego de côté et mettre la main sur le cœur». Reeaz Chuttoo de faire ressortir que les femmes cleaners ont le soutien d’un millier d’organisations syndicales qui, dit-il, ont écrit à Pravind Jugnauth.

L’une des grévistes de la faim, dont l’état de santé se détériore, refuse de se rendre à l’hôpital. Le déplacement de personnel du Samu, ce matin, n’y a rien changé. La gréviste admise à l’hôpital, la semaine dernière, refuse pour sa part de s’alimenter.