Les opposants à la carte d’identité biométrique exigent des garanties. Notamment en ce qui concerne les déclarations, cette semaine, du ministre Sawmynaden qui affirme que les sanctions liées à la carte d’identité se rapportent à des délits, et non au fait de ne pas être en possession de ce document.

Alors qu’une action concertée était prévue à Port-Louis, ce vendredi 24 mars, les contestataires rassemblés autour de la Plateforme Say No to biometric data on ID card ont dû la reporter.

A cause de l’affluence, ces derniers jours, de ceux venus convertir leurs cartes d’identité laminée, il faut désormais prendre rendez-vous au Mauritius National Identity Card Centre. L’action de contestation est donc renvoyée au mercredi 29 mars.

Georges Ah Yan, du Forum des citoyens libres, envisage de son côté de faire une demande d’injonction, en début de semaine, contre la soumission des empreintes.