Jayall Boojhawon considère que l’état-major de la police a peur de la Police Officers Solidarity (POSU) dont il est le président. Le policier s’insurge contre le harcèlement dont ses membres seraient victime et déplore que certains agents travaillent à des heures indues. Dès que des policiers font entendre leur voix, dit-il, ils sont transférés sur-le-champ. Il évoque ici le cas d’un policier qui avait porté secours à une personne à Mon-Goût, à Pamplemousses, le lundi 10 décembre et qui a été victime d’un transfert dans l’après-midi.