Des 11 accusations portées contre lui, 8 ont déjà été rayées. Dont trois aujourd’hui dans l’affaire Betamax. Navin Ramgoolam n’a pas manqué de redire qu’il est victime d’une machination politique. Prédisant que les trois autres accusations portées contre lui, dans l’affaire Roches-Noires et Dufry, connaîtront le même sort. Tout cela, dit l’ancien Premier ministre, parce que le régime en place cherche à le faire chuter, car il estime être le seul à pouvoir « leur barrer la route ».

Quelques minutes à peine après ce développement, le bureau du Directeur des poursuites publiques a émis un communiqué pour expliquer son choix de ne pas requérir de poursuites contre l’ancien Premier ministre. Le long document, qui détaille abondamment les différentes étapes de la police, conclut que celle-ci n’a pas été en mesure de prouver que Navin Ramgoolam s’est entendu avec Betamax pour favoriser l’entreprise dans l’attribution du contrat de transport de carburant acheté par la State Trading Corporation. Lisez l’intégralité du document ici.