Une page est tournée sur les discussions internes. Aucune sanction ne sera prise contre Kavi Ramano et Steve Obeegadoo, a confirmé Paul Bérenger aujourd’hui. Les deux hommes s’étaient fait remarquer lors de l’assemblée des délégués du dimanche 15 mars pour leurs prises de position assez musclées vis-à-vis de l’actuelle direction du MMM.

Steve Obeegadoo était présent, « par respect pour le comité central et le bureau politique », à la conférence de presse des mauves qui s’est tenu à l’hôtel Hennessy Park. Contrairement à Kavi Ramano, pris par d’autres engagements, a expliqué Paul Bérenger.

La question d’un nouveau vote par l’assemblée des délégués concernant l’actuelle direction a été tranchée. Il n’y aura pas de nouvelle réunion ce dimanche, ni de nouveau scrutin, Bérenger estimant que la majorité des délégués mauves s’est déjà exprimée et cela en faveur de la direction.

Le MMM est donc résolument concentré sur les réformes entamées au sein du parti. Il est ainsi question d’une nouvelle constitution pour les mauves, de même que de la consolidation de la démocratie. Dans cette optique, les mauves ne comptent pas organiser de meeting du 1er-Mai. Le parti tiendra plutôt une journée de réflexion avec ces instances sur son avenir.

Vis-à-vis du gouvernement, Bérenger annonce qu’il « repasse à l’offensive ». Et d’égrener un long chapelet sur les actions critiquables du nouveau gouvernement alors que ses 100 jours de grâce sont déjà passés. Au Parlement demain, le leader de l’opposition axera sa Private Notice Question sur Agalega et sur le rôle de l’Inde par rapport à l’archipel. Cela, dit-il, afin de dissiper les craintes qui se sont exprimées, notamment par rapport aux desseins géopolitiques du « grand frère » dans la région.