Le leader du MMM dresse le bilan de la campagne des mauves pour les élections municipales. S’il déplore les incidents survenus, mercredi, à Port-Louis, pour une histoire d’affichage illégal, Paul Bérenger se dit toutefois «bien satisfait». Le MMM, assure-t-il, «s’est débrouillé» pour financer ses dépenses. En plus d’être «seul contre trois», voire «trois et demie» si l’on compte les «traîtres qui nous ont quittés et qui demandent de voter pour l’Alliance soi-disant Lepep», affime le leader des mauves.

Contrairement à ce qu’affirme sir Anerood Jugnauth, soutient Bérenger, il n’y a aucun arrangement avec le Parti travailliste «ni sous-marin, ni dans les airs». Du reste, il n’y a pas même contact, poursuit-il. En revanche, Bérenger lance un appel à l’électorat rouge.