Sa nomination à la tête de la Task Force mise sur pied dans le sillage du rapport Lam Shang Leen est contestée par l’opposition. Mais Navin Beekarry assure que ne faire que son travail. «Je ne suis pas politicien, je ne prends pas en compte ces critiques» qui sont, du reste, «sans fondement», soutient le directeur général de l’Independent Commission against Corruption.

Navin Beekarry attend toutefois une «communication officielle» du bureau du Premier ministre pour que les travaux de la Task Force puissent démarrer officiellement. Même si l’ICAC et la police étudient le rapport Lam Shang Leen et les recommandations qui les concernent.

Quid des critiques quant au fait qu’il est un nominé politique ? Ce mode de désignation existe ailleurs, fait ressortir Beekarry. Qui estime cependant que : «Ce n’est pas à moi de répondre là-dessus.»