L’appel est sans équivoque. « Step down, laisse-nous travailler », a lancé Arvin Boolell à Navin Ramgoolam ce 1er mai. Depuis le début des déboires de l’ex-Premier ministre et son départ en « congé » du Parti travailliste (PTr), la position de Boolell par rapport au leadership des rouges était celle du « let’s wait and see ». Mais depuis quelques semaines, le porte-parole du PTr s’est résolu à aborder la question de manière frontale. Boolell demande aujourd’hui publiquement et sans ambages au leader en retrait des rouges de prendre la porte de sortie. Arvin Boolell réclame, par la même, la tenue au plus tôt d’un congrès pour le renouvellement des instances du parti.

L’heure, insiste Arvin Boolell à Nouvelle-France, où il s’exprimait ce 1er mai lors d’un congrès, est à la « reconstruction », à un « retour aux sources » et aux « valeurs travaillistes ». Si le porte-parole du PTr ne s’est pas clairement aligné pour succéder à Ramgoolam, c’est sur les épaules de ses partisans et sous les « Arvin leader ! Arvin leader ! » scandés par ceux-ci que s’est terminé ce congrès.