Interrogé sur l’affaire Álvaro Sobrinho, Rajen Bablee de Transparency Mauritius (TM) n’a pas souhaité faire de commentaire à ce stade. L’organisation, qui lutte contre la corruption et promeut la transparence, se prononcera sur cette affaire quand elle sera en présence d’« informations vérifiées ».

Bablee note cependant que, « de manière globale », il existe une perception que des choses se font sans transparence. L’adoption d’une Freedom of Information Act, soutient-il, viendrait changer cette perception.

Il faut également des mesures pour encadrer le financement des partis politiques, poursuit-il. Rajen Bablee s’étonne ainsi de la rapidité du gouvernement à mettre en place des mesures pour encadrer le Corporate Social Responsibility mais qu’il prenne si longtemps à s’attaquer au financement des partis politiques

Rajen Bablee assistait, cet après-midi, à la clôture des travaux du Parlement des jeunes initié par TM.