Malgré le silence continu de la présidente de la République, la pression sur elle quant à l’affaire Sobrinho ne se relâchera pas, estime Alan Ganoo.

Celui-ci souscrit à la philosophie du Pr Sachs qui avance que la présidence ne doit pas se mêler des affaires politiques ni de l’administration de l’Etat.

Or, avance le président du Mouvement patriotique, Ameenah Gurib-Fakim a « joué un rôle important dans les agissements de Sobrinho ». Elle devrait par conséquent « réfléchir à ‘step down’», poursuit-il.

Outre de commenter la Private Notice Question consacrée, cette semaine, à l’Angolais, Ganoo est aussi revenu sur la conférence de presse de Vishnu Lutchmeenaraidoo, hier. Le ministre des Affaires étrangères, dit-il, vient de nouveau « déstabiliser le gouvernement ». Tout en s’en prenant au ministre mentor sir Anerood Jugnauth.

L’expulsion de Paul Bérenger de l’Assemblée nationale, mardi, durant les débats sur la motion de censure contre Maya Hanoomanjee est une « décision abrupte et injustifiée », selon Ganoo. Qui maintient que la Speaker doit être « indépendante ».

Commentant l’affaire Sumputh, le président du parti de la rose insiste sur le fait que l’enquête ordonnée par le Premier ministre « doit se faire dans les meilleures conditions ».