Quelle sera la sanction appliquée à la MCB ? On le saura dans une semaine. Les plaidoiries sur la sentence dont écopera la banque dans l’affaire MBC/NPF ont été entendues ce mercredi 18 octobre, en Cour intermédiaire, devant les magistrats Vijay Appadoo et Renuka Dabee. La Cour reproche à la MCB d’avoir «de façon volontaire, illégale et criminelle» failli à mettre en place un système de contrôle rigoureux. Ce qui a permis à Robert Lesage, alors Chief Manager à la banque, de détourner plus de Rs 881 millions au préjudice du National Pension Fund pendant près de onze ans.

Un délit grave pour Me Rashid Ahmine. Le Deputy Director of Public Prosecutions a ainsi requis que l’amende maximale prévue par la loi contre la MCB. Soit Rs 2 millions. Une somme modique pour la MCB, a-t-il fait comprendre. D’autant que les mesures appropriées pour prévenir ce délit n’ont pas été prises, a-t-il dit.

Le combat contre le blanchiment d’argent, a souligné MRashid Ahmine, n’est pas uniquement l’affaire du gouvernement et de l’Independent Commission against Corruption. Les banques ont également leur rôle à jouer. «Les banques doivent prendre l’initiative pour empêcher un employé de blanchir de l’argent», a-t-il plaidé.

MEric Ribot a, pour sa part, fait valoir au nom de la MCB un élément essentiel dans cette affaire. Et souligné par les magistrats dans l’énoncé de leur verdict : «Il est incontesté que M. Robert Lesage est la personne qui a commis la fraude.» Ce qui démontre qu’il y a eu abus du système mis en place par la MCB, soutient l’homme de loi. Et d’ajouter que de 2000 à 2002, l’Internal Audit Department de la banque avait mené 14 audits internes.

La sentence sera connue le 25 octobre prochain.