Deux présumés trafiquants de drogue opérant dans les faubourgs des Plaines-Wilhems et recherchés pour avoir «pris livraison» d’un stock de Rs 7,3 millions d’héroïne en octobre dernier auprès d’une passeuse zimbabwéenne ont finalement été interpellés tôt ce samedi 5 janvier par l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU). Il s’agit de Marie Ornella Vanessa Philogène, 30 ans, et Jean Kenny Hansley Beeharry, 39 ans.

Originaires de la région de Mont-Roches, à Beau-Bassin, ils ont été cueillis dans une maison qu’ils occupaient dans le village de Melrose où se trouve la prison de haute sécurité du même nom. Sur place, les enquêteurs sont tombés sur 28 plants de gandia cultivés dans deux armoires et dont la valeur marchande est estimée à Rs 84 000.

Lors de la perquisition, Jean Kenny Hansley Beeharry s’est jeté sur les policiers avec deux couteaux, menaçant de les blesser. Il a toutefois pu être maîtriser et devra maintenant répondre de son rôle dans l’importation des 490 grammes d’héroïne saisies sur la Zimbabwéenne Wedzerai Muringwa à sa descente d’un vol de la South African Airways (SAA) le dimanche 8 octobre dernier au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport (SSRIA).

La femme au foyer domiciliée à Johannesburg avait dissimulé la drogue sous ses seins et dans ses parties intimes. Deux téléphones portables avaient aussi été trouvés sur elle. La quadragénaire a participé le lendemain à un exercice de livraison contrôlée dans un bungalow à Péreybère. Comme le veut la procédure, la drogue a été remplacée par un colis factice.

Après des échanges téléphoniques avec la mule, Marie Ornella Vanessa Philogèn, et Jean Kenny Hansley Beeharry se sont pointés au rendez-vous avec un enfant et ont pu prendre la fuite après avoir récupéré le faux colis de drogue à bord d’un véhicule reconditionné immatriculée en 2010. L’ADSU avait alors lancé un mandat d’arrêt contre le couple et faisait part de ses soupçons quant à ses liens avec un réseau de Cité Kennedy, à Quatre-Bornes.

L’interrogatoire du couple devrait déterminer si c’est bien un caïd emprisonné qui contrôle le réseau de Cité Kennedy avec son oncle et cousins qui est derrière cet arrivage de drogue. Il sera poursuivi pour cultivation de gandia, trafic de gandia et trafic d’héroïne.