Les arrivées en provenance de l’île sœur accusant une baisse de 9,1% durant les six premiers mois de l’année comparé à la même période l’année dernière, les autorités mauriciennes ont décidé de passer à l’offensive. Le ministre du Tourisme, Anil Gayan, a mené une délégation composée du nouveau directeur de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA), Arvin Bundhun, et d’un représentant de la compagnie nationale d’aviation, Donald Payen, auprès du président de la Région Réunion, Didier Robert et le préfet Amaury de Saint-Quentin lundi.

«Nous sommes à moins 6 300 passagers si nous comparons la période allant de janvier 2018 à mai 2018 par rapport à janvier-mai 2017, même si le trafic depuis Pierrefonds a triplé, » déclare Donald Payen au Quotidien de La Réunion. «Nous sommes là pour comprendre. Nous sommes venus chercher des explication», ont fait ressortir le ministre et le directeur d’Air Mauritius à notre confrère.

Anil Gayan explique cette baisse dans les arrivées par l’arrivée des compagnies «low cost» à La Réunion, notamment French Bee, et revient sur l’épisode d’Air Asia à Maurice. Il annonce des campagnes promotionnelles et fait ressortir qu’il «faut que les tarifs soient raisonnables afin de faire de notre région une région attrayante.» «Les populations sont sensibles aux prix», lance-t-il.

Le ministre se penche également sur le dispositif dit de continuité territoriale instauré par la Région Réunion. Lequel permet aux Réunionnais de bénéficier d’une prise en charge d’une partie du coût de leur billet d’avion à destination de la France. «La Région Réunion donne 300 euros (Rs 12 000 : Ndlr) pour un vol vers la métropole. Les passagers n’ont qu’à payer 50 euros (Rs 2 000 : Nldr), soit un tarif moins élevé que celui pratiqué vers l’île Maurice», dit-il.

Le ministre mauricien n’a pas hésité à brandir la menace d’une révision des accords bilatéraux entre Maurice et la France, notamment quant à ceux qui définissent quelles compagnies sont autorisées à effectuer les liaisons aériennes entre les deux pays et les deux îles des Mascareignes. «Il est important de revoir l’accord entre la France et Maurice», a-t-il insisté.

La mission d’Anil Gayan portait également sur les moyens de redynamiser le tourisme dans l’océan Indien, notamment à travers un «pass océan Indien» par les compagnies aériennes de l’Alliance Vanille. Il est question de revoir les tarifs à la baisse durant la basse saison, soit entre mi-août et mi-octobre, avec un billet à 100 euros (Rs 4 000 : Ndlr) entre Maurice et La Réunion, sans pour autant cannibaliser les autres destinations.

Le ministre du Tourisme a saisi l’occasion pour réclamer l’adoption d’une meilleure formule pour attirer les touristes chinois dans un combiné Maurice-Réunion. Ce, en tenant compte qu’ils ne bénéficient pas de beaucoup de jours de vacances. D’où la nécessité d’un assouplissement sur l’octroi des visas.

Son point n’est pas innocent : alors que les arrivées de La Réunion sont passées de 72 993 durant les six premiers mois de 2017 à 66 339 cette année, celles des Chinois sont de l’ordre de 39 101 comparées à 33 823 (-13,5%), selon les donnés rendus publics ce mardi. C’est aussi le déclin du coté Russe (-2,9%) avec 5 858 arrivées en 2018 comparées à 6 036 en 2017.

Grosso modo, les derniers chiffres des arrivées touristiques indiquent une hausse de 3,4% grâce à la bonne performance des marchés traditionnels, hormis La Réunion, avec 646 865 arrivées pour les six premiers mois de 2018 comparées à 625 859 durant la même période l’an dernier. Les Français continuent d’affluer avec 138 456 arrivées cette année comparée à 129 651 arrivées l’an dernier, ce qui représente une hausse de 6,8%.

Les marchés britannique et sud-africain sont en bonne santé, avec une hausse de 2,9 et de 16,2% respectivement. Ils sont 62 962 Britanniques et 54 188 Sud-Africains à avoir foulé le sol mauricien en 2018 contre 61 160 et 46 626 en 2017. La tendance s’est aussi inversée pour les Allemands avec un résultat positif de 11,9% (59 535 arrivées en 2018 contre 53 211 en 2017). Même chose pour l’Inde : une hausse de 2,9% est notée avec 48 898 arrivées en 2018 contre 47 508 en 2017.

Les arrivées des Saoudiens, à noter, ont bondi de 292,3%. Ils sont 5 198 à avoir visité Maurice en 2018 contre 1 325 en 2017.