Cela fait plus de 100 ans que le Titanic a coulé et le dernier « mystère » en découlant a été enfin résolu. Des chercheurs, des « titanologues », ont finalement démontré qu’il n’y avait aucun lien entre l’ADN de Helene Kramer et les Allison, clôturant ainsi une affaire vieille de 74 ans. Helene Kramer avait prétendu être une survivante du naufrage, membre de cette famille.

Lors de son voyage inaugural, en 1912, le Titanic coule après avoir heurté un iceberg. On ne retrouvera pas Loraine Allison, 2 ans, qui voyageait en première classe avec ses parents et son frère Trevor. La petite fille vient d’une riche famille canadienne. Lors du naufrage, elle ne réussit pas à monter sur un canot de sauvetage, étant avec ses parents qui cherchent alors son petit frère de 7 mois.

Bien des années plus tard, en 1940, Helene Kramer monte au créneau lors d’une émission radio, clamant être Loraine. Elle livre des détails troublants, qui semblent étayer ses dires. Et malgré le temps qui passe, les doutes et l’opposition farouche de la famille Allison, Helene Kramer n’en démord pas. Elle mène campagne à travers la presse, une longue bataille juridique s’en suit… Qui ne s’arrête pas vraiment après la mort de Kramer en 1992.

En effet, lors du centenaire du naufrage du navire en 2012, Debrina Woods affirme avoir trouvé la valise de sa grand-mère Kramer. Celle-ci contiendrait des documents prouvant que Helene Kramer est bien Loraine Allison. Woods mène campagne, comme sa grand-mère, cette fois à travers des blogs. Elle projette même de lancer un livre à ce sujet.

Afin de mettre un terme à cette dispute, le professeur Oost et son équipe lancent le Loraine Allison Identification Project. La comparaison de l’ADN d’une descendante de la mère de Lorraine et celui de la demi-sœur de Debrina est formelle : il n’y a aucun lien génétique. « C’est une arnaque colossale qui a hanté ma famille depuis toujours », a déclaré Nancy Bergman, membre de la famille Allison.

La Professeure Tracy Oost rappelle que même si une conclusion a été trouvée à cette histoire, il n’empêche qu’elle a été « tragique ».

Debrina Woods, pour sa part, en est convaincue : sa grand-mère était bien Loraine.

Source : Le Daily Mail