Navin Ramgoolam fera face à de nouvelles charges dans le cadre de l’enquête sur l’octroi de baux pour des terrains de l’Etat alors qu’il était Premier ministre. L’une des parcelles concernées est celle qui avait été attribuée au Pandit Sungkur, à Trou-aux-Biches. Et qui a, depuis, été repris par l’Etat.

Durant son interrogatoire à ce sujet durant cette journée du mardi 26 mai, Navin Ramgoolam a été arrêté. Les trois chefs d’accusation dont il devra répondre relèvent toutes de la section 7 de la Prevention of Corruption Act, soit « public official using his office for gratification ». Celles-ci portent sur trois parcelles différentes.

A l’issue de son audition, Navin Ramgoolam a été libéré sur parole et autorisé à regagner son domicile. Avant de rentrer, il s’est rendu à la réunion spéciale du bureau politique du Parti travailliste, qui a lieu en ce moment.

Photo (archives) : Navin Ramgoolam aux Casernes centrales, le 8 mai dernier, en compagnie de son avocat Shaukat Oozeer.