Les administrateurs du temple tamoul de Moneron estiment à Rs 1 million, les frais à être encourus pour remettre le lieu de culte en l’état après sa profanation, fin décembre. Incapables de réunir cette somme, ils demandent du coup au gouvernement d’aider à la remise en l’état du lieu et de son chemin d’accès.

Pendant que la police enquête pour retrouver les auteurs des actes de vandalisme et des graffitis sur les murs du kovil, la Tamil Temples Federation appelle les autres temples du pays à rester vigilants. L’organisation demande au Commissaire de Police et au Prime Minister’s Office de faire en sorte que ce cas soit élucidé.