Tag "passions politiques"

[L’interview] Jean Claude de l’Estrac est notre invité ce jeudi 13 décembre à 17h30

Son dernier livre «Jugnauth-Bérenger : Ennemis intimes. 1982-1995» révèle quelques pages de l’histoire politique récente du pays sous un angle inédit. Car raconté par un journaliste devenu aussi un acteur politique majeur durant la période précitée. A-t-il été difficile de prendre la distance nécessaire pour narrer des événements dont on a soi-même été un acteur ? Quelles leçons retenir de cette période charnière pour le pays et sa scène politique ? La

[Vidéo] De l’Estrac raconte les bagarres raciales de 1968 (III) : Le retour au calme

L’initiative vient d’un médecin qui œuvrait déjà pour la paix intercommunautaire. En pleine tourmente, il s’attèle à réunir les deux chefs politiques les plus influents auprès des communautés créole et musulmane: Sir Gaëtan Duval et Sir Abdul Razack Mohamed. La police les soupçonne fortement d’attiser les tensions. Les leaders du PMSD et du Comité d’Action Musulman entendent raison et signent un communiqué conjoint appelant au calme et à la réconciliation.

[Vidéo] De l’Estrac raconte les bagarres raciales de 1968 (II) : L’embrasement

Au fil des expéditions punitives, des innocents sont tués à coup de sabre et leurs maisons lapidées. Ce qui entraîne l’exode d’une partie de la population de Port-Louis vers les Plaines Wilhems. La méfiance des musulmans envers la police contraint Sir Seewoosagur Ramgoolam à faire appel à des troupes étrangères, stationnées en Malaisie. Mais malgré leur présence et l’installation d’un couvre-feu, le nombre de morts augmente… En trois récits, Jean

[Vidéo] De l’Estrac raconte les bagarres raciales de 1968 (I) : La genèse

La «Mafia» et «Hizbullah» sont deux gangs rivaux qui se disputent le marché de la drogue et la prostitution à Port-Louis à la fin des années 1960. Début 1968, l’enlèvement d’une femme leur offre un prétexte pour s’affronter de plus belle. Ce qui n’est, à l’origine, qu’une guerre de territoire à Port-Louis et ses faubourgs va toutefois prendre des proportions nationales. En trois récits, Jean Claude de l’Estrac raconte les

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>