Breaking news
  • No posts were found

Tag "mouvement premier mai"

[Vidéo] Devant l’espoir suscité au no 18, Bizlall prépare son mouvement pour 2019

Jack Bizlall décrit sa performance à la partielle de Belle-Rose/Quatre Bornes comme «enn mari viktwar» pour les partisans du Mouvement Premier Mai (MPM). Toutefois, celui qui a recueilli 2611 votes en devançant les candidats du PMSD, du Mouvement patriotique et de Rezistans ek Alternativ (ReA) estime que cette performance a suscité un espoir au niveau national pour l’émergence d’une nouvelle force politique. C’est pour se préparer aux législatives de 2019

[Live] Le face-à-face avec Jack Bizlall et Kugan Parapen

Syndicaliste reconnu et observateur politique, Jack Bizlall a été élu au Parlement en 1976. Kugan Parapen a, lui, été candidat pour la première fois aux législatives lors des élections de 2014. Les deux hommes défendent tous deux des idées de gauche. Mais les partis qu’ils représentent, le Mouvement Premier Mai et Rezistans ek Alternativ, s’opposent toutefois durant la partielle du 17 décembre. Les deux candidats nous expliquent, ce jeudi 30

[Vidéo] Jack Bizlall au Sodnac SSS: «Il faut des gens qui ont d’autres idées»

Que pourra un élu de plus du MMM, du PMSD, du PTr au Parlement ? C’est la question que pose Jack Bizlall aux dirigeants des partis traditionnels venus s’affronter à Belle-Rose/Quatre-Bornes. L’animateur du Muvman Premye Me estime, du reste, qu’«il faut des gens qui ont d’autres idées, d’autres positions de classe». Jack Bizlall fait partie de la quarantaine de candidats qui se sont enregistrés aujourd’hui au Sodnac SSS en vue de

[Vidéo] Jack Bizlall : «Il faut associer les Chagossiens à toutes les actions de l’Etat»

Qu’ils soient en Angleterre, aux Seychelles ou à Maurice, l’Etat doit s’assurer du soutien de tous les Chagossiens, estime Jack Bizlall. Pour le porte-parole du Mouvement Premier Mai : « Si nous perdons [leur] soutien, nous courons le risque de perdre les Chagos. » Le syndicaliste et militant prévient, dans la foulée,  le leader du Groupe Réfugiés Chagos, Olivier Bancoult, contre ceux qui tenteraient de le « manipuler ». Outre de saisir l’Assemblée générale des Nations unies,

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>