Le gouvernement a décidé d’instituer une commission d’enquête pour faire la lumière sur les récentes allégations ayant trait au monde hippique. C’est ce qu’a annoncé aujourd’hui Navin Ramgoolam, à l’Assemblée nationale, en réponse à une question de la députée Nita Deerpalsing. Il entend ainsi donner un grand « coup de balai », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre a indiqué qu’il prendra le temps qu’il faudra pour nommer le président de cette commission. Celui-ci sera sans doute un étranger, sans lien avec le monde hippique mauricien.

Ramgoolam a également indiqué des amendements aux conditions d’emploi des jockeys étrangers. En l’absence d’un traité d’extradition entre son pays d’origine et Maurice, un jockey étranger ne pourra exercer à Maurice. A la fin de son contrat, pour quelque raison que ce soit, avec l’écurie qui l’a fait venir, il ne pourra pas non plus rattacher immédiatement ses services à une autre stable.

Dorénavant, toute écurie ne pourra présenter plus de deux chevaux dans une course. Les courses avec moins de six montures ne seront pas non plus autorisées.

Interrogé sur les liens existants entre Paul Foo Kune et le monde des bookmakers, Ramgoolam a fait savoir qu’il va « look into the matter ».

Enfin, le Premier ministre a concédé qu’il faudrait peut-être revoir le fait que certains hauts gradés de la police soient présents dans le box des écuries lors des journées hippiques. Les courses relèvent, certes, de la passion et de la vie privée, explique Navin Ramgoolam, il ne faudrait pas que celles-ci se confondent avec les fonctions de la personne.