Si cela ne tenait qu’à lui, internet serait gratuit à Maurice. Mais Etienne Sinatambou estime qu’il faut tenir compte des réalités économiques des opérateurs du secteur. Se fondant sur les statistiques qui lui ont été fournies par l’Information and Communication Technologies Authority, il affirme toutefois que certains tarifs internet ont connu des baisses substantielles entre juillet 2015 et juin 2016. Et qu’il appartient aux opérateurs de continuer sur cette voie.

Le ministre des Technologies, de la communication et de l’innovation estime par ailleurs qu’avec la mise en service d’un troisième puis d’un quatrième câble optique reliant Maurice aux pays de la région et au monde, la bande passante augmentera considérablement.

Sinatambou a choisi le dernier jour de l’année 2016 pour effectuer le bilan de son ministère. Pour lui, Maurice ne doit plus se contenter de se comparer aux pays africains mais doit plutôt s’inspirer de ce qui se fait de mieux parmi les pays émergents d’autres continents.