« Une affaire de  vengeance »,  c’est ainsi que Jean Alain Residu, membre de la communauté Rastafari, qualifie l’arrestation de Siva Pareemamun. Déplorant ainsi la « persécution » dont les rastas sont, selon lui, victimes à Maurice.

Il dénonce également la brutalité policière dont seraient victimes des membres de la communauté. C’est ce qui conduit les rastafaris à lancer un « cri de détresse ». Surtout qu’il estime que par son langage, le Premier ministre a laissé entendre que les membres de cette communauté n’ont pas leur place à Maurice.

Jean Alain Residu souligne également qu’il souhaite que la religion Rastafari soit respectée comme toute autre religion à Maurice car cela est un  « droit constitutionnel ».