Alors qu’il ne reste plus qu’une dizaine quelques jours avant la date limite pour l’obtention de la nouvelle carte identité, Rezistans ek Alternativ s’élève de nouveau contre les procédures pour obtenir la carte biométrique. Et souhaite que la date limite de validité de l’ancienne carte soit levée lors du Conseil des ministres prévu demain. Du moins, jusqu’au jugement du Privy Council dans le cadre de l’appel du Dr Rajah Madhewoo, action que soutient le parti. Ce dernier réclame également, pour ceux ayant besoin d’une nouvelle carte, la possibilité d’obtenir la carte laminée et non la biométrique. Rezistans Ek Alternativ souhaite aussi qu’un Select Committee soit instauré afin d’évaluer la « pertinence » de la nouvelle carte et des questions qui y sont liées.

Pour le parti de gauche, la carte biométrique est « liberticide ». Le parti de gauche souligne que la décision d’instaurer la signature d’un formulaire de consentement, le 5 juin dernier, pour la prise de données biométriques n’a pas force de loi. Par conséquent, explique Rezistans ek Alternativ dans un communiqué, « aucun citoyen de Maurice ne peut être privé de ses droits ou être passible d’un délit en ne voulant pas se conformer aux nouvelles procédures ».

Le mouvement de gauche estime ainsi que le consent form pour la prise de d’empreintes est « illégal » et contrevient au jugement, en mai dernier, du full bench de la Cour suprême. Celui-ci, rappelle Rezistans ek Alternativ, a jugé que la collecte et la sauvegarde d’empreintes et autres données biométriques « anticonstitutionnelles ». Avec le consent form, estime Rezistans ek Alternativ, le gouvernement Lepep perpétue ce qui a été mis en place par le précédent régime. C’est-à-dire, « contraindre les Mauriciens à livrer leurs données personnelles, ce qui ne fera que compromettre leur vie privée ».

Les membres de Rezistans ek Alternativ sont d’avis, comme en 2013, que la carte biométrique est « une voie dangereuse qui transformera la société mauricienne, les libertés civiles » en une « ‘société de surveillance’ à la merci de ceux contrôlant l’Etat et le ‘corporate power’ ». Et de lancer un appel aux citoyens qui n’ont pas encore fait de demande pour la nouvelle carte de refuser de donner leurs données biométriques.