Le Premier ministre a été l’on ne peut plus clair. L’institution d’un Select Committee de l’Assemblée nationale pour se pencher sur les recommandations de la Commission d’enquête sur la drogue présidée par l’ex-juge Paul Lam Shang Leen ne fera que tout retarder. Répondant aux questions des journalistes à l’issue de sa conférence de presse jeudi après-midi, il a estimé que les travaux d’un Select Committee risquent de ne pas se terminer avant les prochaines élections législatives.

Plus tôt, Pravind Jugnauth a annoncé la mise sur pied d’une «task force» présidée par le directeur général de l’Independent Commission Against Corruption, Navin Beekarry. Celle-ci a été mandatée par le comité ministériel chargée d’étudier le rapport Lam Shang Leen, qui s’est réuni pour la première fois dans la même journée, à se pencher sur les enquêtes devant être diligentées sur toutes les personnes dont les noms y ont été mentionnés.

Ce groupe de travail aura pour membres le directeur général de la Mauritius Revenue Authority (MRA), Sudhamo Lal ; le directeur de la Financial Intelligence Unit (FIU), Guillaume Ollivry ; le Commissaire de police Mario Nobin ; Integrity Reporting Services Agency (IRSA), Paul Keyton ; et le Deputy Solicitor General, Rajesh Ramloll. Il aura pour mission de coordonner le travail des enquêteurs issus de la Commission anticorruption, l’IRSA, la FIU, la police, voire la MRA.

Le chef du gouvernement a aussi évoqué le transfert des fonctionnaires, notamment les gardiens de prison, dont les noms ont été cités dans le rapport Lam Shang Leen. Il a réitéré son engagement dans le combat contre la drogue et les modifications apportées au Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act (FIAMLA) et  la Prevention of Corruption Act (PoCA) pour coincer des trafiquants pour blanchiment. De même que l’achat de nouveaux serveurs informatiques par la FIU pour répertorier tout donné suspect au niveau de l’enregistrement des nouvelles sociétés privées et autres.

Répondant aux critiques de l’opposition quant à son soutien affiché envers l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU), Pravind Jugnauth a fait ressortir que les récentes saisies de drogue sont l’œuvre de cette unité. Et qu’il ne faut pas oublier qu’il « y a des officiers qui travaillent jour et nuit avec engagement et honnêteté et qui ont risqué leur vie dans certains nombre de cas pour obtenir les résultats qu’on a pu voir ».

Il a aussi déclaré que le gouvernement décidera s’il va mettre sur pied une National Drug Investigation Commission (NDCI). Cette institution a été suggérée par la Commission Lam Shang Leen après le démantèlement de l’ADSU de la Customs Anti-Narcotics Section (CANS). « Le gouvernema pou décidé si pu vine de l’avant et sous ki forme », a souligné Pravind Jugnauth.