Le CEO de Business Mauritius estime que certains secteurs fragiles de l’économie ne seront pas en mesure de payer la compensation salariale générale de Rs 400 par mois à compter du 1er janvier 2019. Car, rappelle, Kevin Ramkaloan, si le coût direct aux entreprises est de Rs 1,8 milliard, elles devront aussi absorber un effet indirect de Rs 2,4 milliards du fait des provisions pour les pensions et les heures supplémentaires ainsi que des prélèvements sectoriels («levies»).

Pradeep Dursun, le COO de Business Mauritius, affirme toutefois que certains secteurs sont en mesure de compenser leurs salariés au-delà des Rs 400 mensuels. Et qu’elles seront encouragées à le faire.