L’ancien Premier ministre prend l’exemple de Yatin Varma. Même si son ancien Attorney General était «très proche» de lui, Navin Ramgoolam rappelle avoir demandé à ce dernier de démissionner suite à une accusation d’agression. Le leader du Parti travailliste s’étonne donc que Pravind Jugnuth ne fasse rien dans le cas de Sudhir Sesungkur, également accusé d’agression. Mais aussi par rapport à Alain Wong, qui a «insulté l’Eglise». L’inaction du Premier ministre à l’égard de ses ministres controversés démontre, selon Ramgoolam, qu’il ne les contrôle pas.

Evoquant le rapport de la commission d’enquête sur les drogues, Ramgoolam demande à la population d’exiger qu’il soit rendu public. Et non discuté et étudié au sein d’un comité ministériel.