L’ancien Premier ministre affirme que les trois accusations à son égard son infondées. Pour Navin Ramgoolam, le fait de donner des terrains de 10 perches à des « ti dimoun » n’est en rien répréhensible. Il explique même que certains bénéficiaires sont largement méritants. Comme les frères Gowry, auteurs de la chanson populaire « Donn to lame, pran mo lame », qui ont fait leur demande, selon Ramgoolam, dans les années 69-70. Après sa troisième arrestation, Ramgoolam dit toujours « croire dans la justice et la justice divine ».