C’est tout sourire qu’il s’est rendu à Moka, vers 11h30 ce matin, pour être entendu par l’Independent Commission against Corruption (ICAC). Alors que Raj Dayal maintient qu’il y a eu « complot » contre sa personne dans ce cas allégué de corruption, la possibilité l’ex-ministre de l’Environnement soit arrêté a été évoquée dans le courant de la journée.

Toutefois, le dossier soumis par la Commission corruption au Commissaire de police n’a pas suffi pour convaincre ce dernier.

L’audition de Raj Dayal s’est terminée vers 15h. Ce dernier s’est hâté de regagner son véhicule et c’est Ajay Daby qui s’est exprimé en son nom. L’homme de loi se dit satisfait de la séance d’aujourd’hui mais estime cependant que la Prevention of Corruption Act doit être révisée dans son ensemble.

A l’ICAC, c’est sur la base d’un « strong prima facie case » que la Commission a transmis une demande d’arrestation au Commissaire de police. Toutefois, si Dayal n’a pas été arrêté, l’ICAC entend transmettre le dossier à charge au Directeur des poursuites publiques. Qui décidera alors des suites judiciaires à donner.

Photo : Ajay Daby, avocat principal de RAj Dayal, à l’issue de l’interrogatoire de ce dernier au siège de l’ICAC, à Moka.