Les lords du Privy Council ont statué. Dharmanand Dhooharika est autorisé à faire appel du jugement de la Cour suprême le condamnant à une peine d’emprisonnement pour outrage à la cour. Le jugement, rendu hier, indique également que le rédacteur en chef de Samedi Plus n’a pas bénéficié d’un « fair trial » car il n’a pas été autorisé à déposer en son nom.

dhooharika3

Le Privy Council est d’avis que Dharmanand Dhooharika n’a pas agi « in bad faith », bien que ses écrits étaient « mal avisés ». Et qu’il revient à la poursuite de prouver « l’absence de mauvaise foi ».

dhooharika1

dhooharika2

Le rédacteur en chef de Samedi Plus a été condamné à trois mois de prison et Rs 300 000 d’amende par la Cour suprême, le 17 octobre 2011, pour outrage à la cour. Dharmanand Dhooharika avait écrit et publié plusieurs articles jugés diffamatoires à l’égard du chef juge d’alors, Bernard Sik Yuen.

Son avocat MGavin Glover ayant trouvé la sentence disproportionnée par rapport au délit reproché, il a fait appel du jugement auprès de la Cour suprême puis, devant le Privy Council, pour que cet appel puisse être entendu.

Dharmanand Dhooharika a publié, dans Samedi Plus, divers articles en relation avec les allégations de l’ancien avocat Dev Hurnam dans le sillage de l’affaire qui opposait Paradise Rentals Co. Ltd (dont Hurnam est l’un des directeurs) à la Barclays Leasing Co. Ltd. D’autres titres de presse ont également été poursuivis pour avoir rapporté les propos diffamatoires de l’ex-avocat radié du barreau.