Vers la mi-janvier, ils comptent descendre dans la rue afin de sensibiliser les Mauriciens par rapport aux conditions dans lesquelles ils travaillent. Pour que les choses changent, la Fire Fighters Union demande que ce service soit placé sous l’autorité du Premier ministre.

Le syndicat des pompiers estime en effet que de nombreux manquements notamment par rapport aux équipements ont été constatés. Or, accuse-t-il, les discussions avec le ministre de tutelle actuel, Anwar Husnoo ainsi qu’avec le Chief Fire Officer n’ont rien donné.