Entre 7 000 et 35 000 tonnes de déchets de plastique flotteraient sur l’océan. Et jusqu’à 88 % de la surface des océans en serait polluée. Et il y a de grands risques que ces micro-fragments de plastique aient un impact sur la chaîne alimentaire marine. C’est ce que révèle une étude américaine publiée en ce début de semaine dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences.

« Les courants océaniques, explique Andrés Cozar, auteur de l’étude, transportent des objets de plastique réduits en de très petits fragments par les radiations solaires. » Ces micro-plastiques, poursuit-il, qui peuvent demeurer ainsi des centaines d’années, « ont été détectés dans 88% des échantillons de la surface des océans lors de l’expédition Malaspina en 2010 ».

Ce navire de recherches a fait un tour du monde pour récolter les débris de surface à 141 endroits. La majorité des déchets étaient longs d’environ 5 mm. Et il est possible, selon Cozar, que ceux de plus petite taille soient ingérés par les petits poissons ou se retrouvent dans les fonds océaniques. Les effets de cette consommation sur l’écosystème marin, explique le chercheur, sont incertains. D’autant qu’ils « contiennent souvent des contaminants ».

Les chiffres publiés semblent énormes, certes, mais sont pourtant en deçà du million de tonnes auquel s’attendait à détecter Andrés Cozar. Le chercheur du Centre supérieur de la recherche scientifique de l’université de Cadix, en Espagne, s’était basé pour son extrapolation sur des données remontant aux années 1970.

L’étude démontre également que ces déchets sont concentrés dans cinq grandes zones : à l’ouest des Etats-Unis, entre les Etats-Unis et l’Afrique, à l’ouest de la partie sud de l’Amérique du Sud, de même qu’à l’est et à l’ouest de la pointe sud de l’Afrique.

pollution ocean

Illustration tirée de l’étude montrant la concentration des déchets à travers les océans.

Pour Carlos Duarte, coordinateur de l’expédition Malaspina, il faut maintenant « déterminer où vont tous les micro-plastiques qui entrent dans l’océan ». Lors de l’ouverture de sa première Assemblée sur l’environnement, le 23 juin dernier, l’Organisation des Nations unies a estimé les dégâts provoqués par le rejet de déchets plastiques dans les océans à plus de 9,5 milliards d’euros.

Sources : Le Monde, Huff Post, Le Point. RT.com – Photo : www.oceanattitude.org