La magistrate de la Cour de Curepipe n’a pas apprécié l’explication de la police. Incapable de dire quelle suite sera donnée à l’enquête sur Laïna Rawat-Burns et Claudio Feistritzer, poursuivis pour utilisation frauduleuse des biens du groupe BAI, l’enquêteur de la police a prétexté d’une confusion sur la procédure. Un argument que la magistrate Bhogun a illico qualifié de « lame excuse ». Avant de renvoyer l’affaire pour le 15 décembre.

Laïna Rawat-Burns a sévèrement critiqué l’attitude de la police. Accusant celle-ci de lui infliger « un stress permanent » à cause de la manière dont son dossier est traité par les enquêteurs.