Kriti Taukoordass pourrait devoir régler une ardoise très salée. New Mauritius Hotels (NMH) vient s’ajouter à la liste des entreprises qui lui réclament des dommages et intérêts. Le montant que réclame le groupe hôtelier : Rs 200 millions.

Cette plainte, logée en Cour suprême ce mercredi 5 juillet, vient s’ajouter à celles de Swan, d’ENL Land et de Rogers suivant ce qui est communément appelée la saga NMH.

Kriti Taukoordass avait été nommé par la Financial Services Commission (FSC) pour faire la lumière sur la vente des actions détenues par SWAN au sein de NMH.

NMH accuse Taukoordass d’avoir lancé des «accusations fausses et malveillantes», indique son service de communication. Selon des articles de presse que cite le groupe hôtelier, l’enquêteur a indiqué dans son rapport que le Cautionary Announcement de NMH du 2 février 2016 est «false and misleading».

Or, cet avis avait été publié à la requête de la Bourse de Maurice, précise NMH dans sa plainte. Cela afin de dissiper tout doute ou malentendu suivant un article d’un hebdomadaire, fin janvier, faisant état d’une offre publique d’achat (OPA).

NMH précise qu’il n’a jamais reçu de notification d’une OPA, «mis à part celle reçue de ENL land et Rogers en 2017.»

Contacté par le groupe hôtelier, Herbert Couacaud, nommé dans l’article comme étant celui derrière cette manœuvre. Ce dernier avait nié.

NMH note également qu’enquêter sur NMH et ses directeurs ne faisait pas partie du mandat de Taukoordass. Et que ce dernier n’a pas non plus convoqué le conseil d’administration pour s’expliquer sur le communiqué du 2 février 2016.

La plainte de NMH porte le total des réclamations auxquelles fait face Taukoordass à Rs 1 milliard.

Pour ENL Land et Rogers, l’enquêteur a fait preuve de «lack of impartiality and misleading conduct» tout au long de son enquête.

SWAN estime, entre autres, qu’il a fait preuve d’«abus d’autorité» et de «mauvaise foi».