Est-ce un pavé de quelque 150 pages que le comédien, humoriste et écrivain vient de lancer dans la mare médiatique française ? Qui plus est, sur France 2, dans une émission qui lui était consacrée ? Nicolas Bedos a révélé, dans l’émission Un soir à la tour Eiffel, avoir été « l’amant » de Valérie Trierweiler, alors qu’elle était toujours avec le président François Hollande.

Une « passion » avec une femme « plus âgée » qui a duré « 17 mois ». Et que Bedos détaille dans Les serments déchirés, publié chez Flammarion et édité « dans le plus grand secret ». S’il a choisi d’en révéler le contenu sur le plateau d’Alessandra Sublet, la principale intéressée, à savoir Valérie Trierweiler, n’était pas au courant de la publication, affirme-t-il.

Nicolas Bedos dit ne pas avoir pu passer sous silence cette relation après la publication, il y a quelques mois, de Merci pour ce moment. Il a vécu comme une blessure, dit-il, le fait que l’ex-Première dame de France s’y pose « en victime d’un homme qu’elle n’aimait déjà plus », tandis qu’elle passe sous silence leur liaison. Dans cette histoire, dit-il, il y a eu trois souffrances. « La mienne n’est pas un détail », ajoute-t-il.

Alors, info ou intox ? Sur les réseaux sociaux, de nombreuses réactions mettent tout de suite en doute cette relation. Certains internautes estimant même que ce n’est là qu’un joli coup de pub que s’offre là Nicolas Bedos pour mieux faire vendre son ouvrage. Et ils ont eu raison. L’écrivain a, en fin d’émission, avoué qu’il n’y a jamais eu de liaison et qu’il a écrit ce roman « pour dénoncer la bouillabaisse (…), ce mélange total entre vie privée et publique ».