Abhimanyu Unnuth n’est plus. L’écrivain est décédé dans l’après-midi de ce lundi 4 juin. Il aurait eu 81 ans en août prochain.

Poète, romancier, dramaturge… L’écrivain a touché à divers genres et publié des dizaines d’ouvrages. Maniant toujours le hindi pour dire et dénoncer l’injustice, la bêtise, l’exploitation. L’un de ses livres les plus connus, Lal Pasina (publié en 1977 et traduit en français sous le titre Sueurs de sang) s’attarde sur le sort des travailleurs engagés dans les champs de canne. Un monde qu’il a connu de près pour avoir manié la machette et coupé la canne dès ses 12 ans.

La trilogie dont ce roman fait partie raconte la prise de conscience progressive des ouvriers dans l’île Maurice coloniale.

Unnuth a été au plus près des mots durant toute sa vie. C’est d’ailleurs dans les champs qu’il commence à écrire son premier roman… à 14 ans.

Abhimanyu Unnuth a enseigné le hindi, chargé de cours au Mahatma Gandhi Institute, mais aussi coordonnateur au centre culturel Rabindranath Tagore.

Ses écrits lui ont valu d’être reconnu en Inde mais aussi ailleurs, comme en témoignent les nombreux prix qui lui ont été décernés : le Rajiv Gandhi Memorial Award (1997), le George Grierson Award (2000), le Sahitya Bhushan Award (2003). Le mois dernier, le ministère des Arts et de la Culture l’honorait avec le premier prix dans la catégorie littérature aux National Awards.