L’agence internationale de notation estime une croissance stable à 3,9% en 2018 avec, en toile de fond, une «strong growth» du tourisme et des investissements directs étrangers qui demeureront élevés malgré la renégociation du traité fiscal Inde-Maurice. C’est la conclusion à laquelle arrive Moody’s dans son Banking System Brief sur Maurice daté de ce 7 mars.

Selon Moody’s, la stratégie de diversification de l’économie ainsi que l’importance du commerce et du flot d’investissements en provenance des pays émergents seront bénéfiques à l’économie, que l’agence de notation voit grandir de 3,9% en 2019. «The government maintains proactive policies that support growth and an adaptive economy», note Nondas Nicolaides, l’auteur du rapport.

La taille des actifs détenus par les Global Business Companies basées à Maurice est problématique car très importante, soit USD 660 milliards (près de Rs 22 000 milliards). Moody’s reconnaît toutefois que l’offshore aide à réduire le déficit extérieur courant du pays et soutient de manière importante le secteur bancaire avec 40% de ses dépôts provenant du global business et des non-résidents.

Le rapport souligne toutefois que le secteur du global business à Maurice demeure vulnérable à un nouveau changement du traité fiscal avec l’Inde mais également au durcissement des règles internationales en matière de «tax avoidance» et de blanchiment d’argent.

Si la taille des dépôts en provenance du global business pose un risque au secteur bancaire, Moody’s note toutefois que certains indicateurs demeurent favorables à la solidité de notre système bancaire : notamment la baisse du niveau d’endettement des entreprises et celui, relativement faible, des ménages.

Le Banking System Brief note aussi que de nouvelle règles régissant le système bancaire aideront à consolider sa stabilité financière. Par ailleurs, la stratégie des deux plus importantes banques du pays, la MCB et la SBM, de séparer leurs activités domestiques de leurs opérations à l’étranger aide à réduire les risques.

Moody’s estime toutefois que les mesures de protection peuvent être renforcées, notamment à travers la mise en oeuvre des recommandations du Financial Stability Assessment Programme du Fonds monétaire international.

Dans le contexte étudié, Nondas Nicolaides conclut qu’après s’être légèrement amélioré l’année passée, le niveau de profitabilité des banques locales demeurera relativement stable.