«Je ne me suis pas battu pour l’indépendance afin d’avoir l’île Maurice d’aujourd’hui.» Le racisme dans sa forme d’avant a, certes, disparu, concède volontiers l’avocat. Mais une autre forme de racisme, le communalisme et le castéisme font toujours partie de nos mœurs, se désole Yousuf Mohamed.

Fils d’Abdool Razack Mohamed, dirigeant du Comité d’Action Musulman et compagnon d’arme de Sir Seewoosagur Ramgoolam dans la lutte pour l’indépendance, l’octogénaire jette un regard dépassionné sur la politique locale et ses grands partis.

Chacun d’entre eux, précise-t-il, a contribué à l’avancement du pays et tous ont été des patriotes. Même le PMSD, que l’ancien homme politique dit avoir combattu avec vigueur lors des années précédant l’indépendance.

Les partis, raconte Yousuf Mohamed, ont laissé leurs traces là où on ne le soupçonne même pas. Ainsi, tempère-t-il, le quadricolore ne représente pas ce qu’on voudrait nous faire croire. Le drapeau national porte les couleurs des quatre partis politiques qui ont contribué au développement initial de Maurice : le Parti travailliste, le PMSD, l’Independent Forward Block et le Comité d’Action Musulman, rectifie Yousuf Mohamed.

Dans le cadre de la célébration des 50 ans d’indépendance de Maurice, ION News diffuse un jour sur deux, du 15 février au 25 mai, une série de 50 vidéos-témoignages. Ainsi qu’un documentaire de 25 minutes sur ce qui a été accompli depuis 1968.

La série et le documentaire Une nation, un destin ont été produits grâce au soutien actif des groupes Currimjee et ENL, Rogers Capital et Barclays. Les vidéos peuvent être vues sur www.ionnews.mu ainsi que sur notre page Facebook.