Le vrai ennemi, c’est la drogue synthétique. Une dépénalisation du gandia pourrait permettre d’en réduire la propagation. Ce sont quelques-uns des messages martelés par les associations militant pour que la consommation et le commerce de cette drogue douce ne soient plus passibles de poursuites pénales. Une marche soutenue par Pils et le Collectif Urgence Toxida, dont des dirigeants participaient aussi à la marche.

Certains manifestants, comme Cintia Carpen, insistent sur les vertus thérapeutiques de la plante. Elle évoque ainsi les bienfaits possible d’une thérapie à base de cannabis pour sa fille autiste et épileptique.

C’est à l’appel du Kolektif 420 que la marche de ce 5 mai a été organisée à Port-Louis. Malgré la présence d’un unique contre-manifestant, l’événement s’est déroulé dans le calme et sans heurts.