Ses premiers souvenirs de la période de l’indépendance, ce sont les voisins à Rose-Hill vendant leurs maisons et terrains pour immigrer car ils avaient peur de la situation après le 12 mars 1968. Pourtant, pour Michel To Choon Kwee, la somme de petites choses qui ont changé montre que le pays a progressé. Des chemins en terre qui ont été bitumées aux huttes en paille qui ont laissé la place à des maisons en dur.

Si le niveau d’éducation s’est bien amélioré, il entraîne d’autres phénomènes dans son sillage, pense l’octogénaire qui a débarqué de Chine à 13 ans. Ainsi, Michel To Choon Kwee dit n’avoir personne pour reprendre le laboutik sinwa familial. La jeune génération préférant travailler dans le secteur privé ou s’expatrier.

Ceux qui restent, pense-t-il, surtout les plus âgés, se sentent un peu moins en sécurité. Notamment à cause de la drogue et ceux qui recourent à des petits larcins pour se payer leur dose quotidienne.

Dans le cadre de la célébration des 50 ans d’indépendance de Maurice, ION News diffuse un jour sur deux, du 15 février au 25 mai, une série de 50 vidéos-témoignages. Ainsi qu’un documentaire de 25 minutes sur ce qui a été accompli depuis 1968.

La série et le documentaire Une nation, un destin ont été produits grâce au soutien actif des groupes Currimjee et ENL, Rogers Capital et Barclays. Les vidéos peuvent être vues sur www.ionnews.mu ainsi que sur notre page Facebook.