Pour Alain Wong, le fait que Maurice soit l’un des tous premiers Etats à ratifier l’accord issu du sommet COP21 à Paris, démontre son engagement à combattre le réchauffement climatique. Pour le ministre de l’environnement, la position de Maurice est également motivée par le fait que l’île fait partie des régions du monde les plus vulnérables aux effets du réchauffement, dont la hausse du niveau de la mer.

Laurent Garnier, ambassadeur de France à Maurice, tout en se réjouissant de l’engagement du pays dans le domaine, a rappelé que les ratifications s’inscrivent dans un processus plus long. Car, en effet, 55 des 175 pays signataires de l’accord de Paris doivent le ratifier pour que celui-ci devienne contraignant. A la condition expresse que ces 55 pays soient responsables de plus de 55% des émissions de gaz à effet de serre.