Pour une fois, le fait que Maurice occupe le milieu de tableau d’un classement international est une bonne nouvelle. Compilé par l’ONG Tax Justice Network, le Financial Secrecy Index (FSI) 2018 classe Maurice à la 49e place parmi les juridictions financières les plus cachottières.

Le haut du classement est occupé, sans surprise, par la Suisse. Suivie des Etats-Unis, les iles Cayman, Hong-Kong et Singapour, le principal concurrent de Maurice dans le secteur du global business vers l’Inde.

Plusieurs de nos partenaires économiques majeurs dont la France (25e), la Chine (28e) ou encore l’Inde (32e) surclassent Maurice. C’est également le cas pour d’autres pays d’Afrique notamment le Kenya (27e) et le Libéria (38e).

Le FSI est établi en fonction de l’opacité des systèmes financiers des pays étudiés et des informations qu’ils partagent mais aussi du poids de leurs activités de global business dans le monde.

Si Maurice n’est pas le premier en Afrique dans le classement FSI, il l’est par contre dans le Human Freedom Index (HFI) 2017 publié conjointement par le Cato Institute, le Fraser Institute ainsi que le Friedrich Naumann Foundation for Freedom. 39e au classement HFI, Maurice devance par exemple la Croatie (43e), les Seychelles (45e) ou encore Israël (46e). Le haut du classement est occupé par la Suisse, Hong Kong, la Nouvelle Zélande et l’Australie.

Si Maurice occupe la 39e place, il chute néanmoins comparé aux mesures réalisées dans le HFI sur la période précédente. C’est en 2012 que le pays a enregistré son meilleur score dans le classement en se pointant à la 14e place.

Le HFI classe les pays en fonction du degré de liberté dont leurs citoyens disposent en matière d’Etat de droit, la sécurité, les libertés de mouvement, d’association, d’expression et religieuse ainsi que la liberté par rapport aux identifications et préférences sexuelles.

Consultez le Financial Secrecy Index 2018 et le Human Freedom Index 2017 sur les liens.

Mauritius in HFI and FSI 2018 by ION News on Scribd