Maurice engagée dans la lutte antiterroriste aux côtés de l’Arabie saoudite ? La nouvelle, publiée par la Saudi Gazette hier, a été reprise par divers médias étrangers dont CNN. Et affirme que notre pays fait partie des 20 nations qui participent à « la plus grande et plus importante » manœuvre militaire de la région.

La presse saoudienne, reprise très vite par la presse internationale, est affirmative quant à la présence de Maurice parmi la vingtaine de pays « arabes, islamiques et amis » de la région qui participe à l’opération « Ra’ad Al-Shamal » ou Tonnerre du Nord. Au même titre que des pays du Golfe, le Sénégal, le Soudan, les Maldives, les Comores, le Maroc, le Pakistan, la Malaisie ou encore l’Egypte. Les manœuvres sont censées avoir lieu dans la ville militaire de King Khalid, sur la frontière irakienne et saoudienne, et le centre de commandement basé à Riyad.

A Maurice, la position est plus nuancée. Dans l’entourage de Showkutally Soodhun, on fait ainsi comprendre que celui-ci n’a rien à voir avec cette affaire. Certes, la question de la formation pour notre personnel de police a été évoquée par le ministre du Logement et des Terres avec des responsables saoudiens lors de sa récente mission. Toutefois, souligne notre interlocuteur, la prise de décision relève du bureau du Premier ministre et du Commissaire de police.

Du côté du Police Press Office, on indique seulement que « Maurice a été invitée à cet exercice à titre d’observateur ». Cette invitation est « actuellement à l’étude » par le Commissaire de police.

Plus de 2 500 avions de guerre, quelque 20 000 tanks et 450 hélicoptères feront partie de ces manœuvres qui concernent jusqu’à 350 000 troupes des forces armées au sol, en mer et dans les airs. Le but de l’Arabie saoudite : faire comprendre qu’avec ses alliés, ils sont « unis face aux défis et pour préserver la paix et la stabilité dans la région », selon la Saudi Press Agency.

Il est aussi question d’échanges entre les différents services mobilisés, selon le Brigadier général Ahmed al-Assiri, d’information, d’expériences, d’expertise, et d’améliorer la coordination entre les pays.

Ces manœuvres interviennent alors que l’Arabie saoudite envisage de mener une offensive terrestre en Syrie pour contrer le groupe Etat islamique.

Photo d’archives