« Si c’est parce que Lutchmeenaraidoo a décidé d’injecter de l’argent, cet argent doit être rendu. » Paul Bérenger n’a pas mâché ses mots sur la somme que l’Etat a contribué au projet Love Bridge au Parlement, ce mardi. Lors du lancement de Love Bridge en 2015, Vishnu Lutchmeenaidoo, alors ministre des Finance, avait annoncé que le gouvernement contribuera Rs 100 millions chaque année pour le projet.

Assurant la suppléance du ministre des Finances, Mahen Seeruttun a défendu Love Bridge. Expliquant que cette initiative du secteur privé a permis d’aider 214 familles pauvres. Ce qui est en dessous de l’objectif affiché, concède le ministre. Il affirme que Love Bridge est toutefois à la recherche de volontaires pour l’aider dans sa mission.

Ce bilan, accuse Reza Uteem, constitue une « total failure ». Car Love Bridge aurait dû pouvoir lever Rs 10 millions de fonds d’aide par ses propres moyens, rappelle le député mauve. Or, Uteem estime que les fonds injectés ont été gaspillés. Même si Mahen Seeruttun précise que seulement Rs 4 millions des Rs 100 millions injectés par l’Etat ont été dépensés. Cela, en partie parce qu’au lieu des 500 professionnels devant collaborer avec Love Bridge, seuls 32 ont été recrutés jusqu’ici (dont 30 à mai 2016).