Le dossier NHDC préoccupe toujours Showkutally Soodhun. Après les contracteurs, qui se sont fait adresser un coup de semonce, la semaine dernière, par rapport à l’avancée des travaux sur certains chantiers, c’est vers les occupants des logements sociaux que se tourne maintenant le ministre des Terres et du Logement. Celui-ci compte effectuer une visite, demain 3 juin, au complexe Le Flibustier, à Trou-aux-Biches. L’objectif : constater, de visu, le nombre d’habitations « abandonnées », ainsi que le suggèrent de nombreuses complaintes reçues au ministère.

Qu’adviendra-t-il de ces structures si elles sont effectivement délaissées ? Dans un communiqué, le ministère indique qu’il compte « entreprendre des démarches en vue de reprendre ses  maisons ». Cela afin que des familles dites vulnérables puissent y être relogées. Le ministère des Terres et du Logement a d’ailleurs commandité un recensement, au niveau de la NHDC, des domiciles inoccupés. Qui révèle que cela concerne « environ 300 maisons allouées sur 116 sites à travers l’île ».

Afin de « mettre un frein aux abus », le ministère des Terres et du Logement compte également revoir les clauses du contrat pour l’achat d’une maison avec la NHDC. Notamment en ce qui concerne la revente de ces biens. Avant de pouvoir la céder à un tiers, le bénéficiaire devra patienter cinq ans. Et s’être, au préalable, acquitté de toutes les traites vis-à-vis de la NHDC. Cela évitera, explique le ministère, la revente « à des prix exorbitants » de même que des « spéculations » sur ce qui, à la base, relève de logements sociaux.

Par ailleurs, une salle polyvalente sera aménagée au sein des nouveaux complexes résidentiels de la NHDC. Un lieu où les résidents pourront « organiser des activités sociales ou récréatives ». Le secteur privé, est-il précisé, « sera un partenaire privilégié du gouvernement pour ce type de projets ». Notamment à travers le « parrainage » tel que mis en avant dans le Budget 2015.

La semaine dernière, le ministre Soodhun avait annoncé un plan de relogement pour les squatters de la capitale.

Photo d’archives : Le ministre des Terres et du Logement, Showkutally Soodhun.